+33 423 11 05 85

Demander un appel

Pourquoi les projets de mobilité aérienne urbaine gagnent en popularité


Why Urban Air Mobility Projects Are Gaining Popularity

La mobilité aérienne urbaine (UAM) est la nouvelle frontière de l’aviation. Son concept se résume à la création de petits avions silencieux et stables – des transports en commun pour les déplacements intracommunautaires, court-courriers et régionaux.

Ce qui semblait être un rêve illusoire il y a moins de dix ans devrait se réaliser: aujourd’hui, les premiers leaders du secteur préparent leurs programmes innovants de décollage et d’atterrissage verticaux (eVTOL) pour un service commercial au cours des trois prochaines années.

Dans sa récente analyse du marché mondial des UAM, le consultant en gestion Roland Berger prédit qu’environ 160000 avions eVTOL seront en service d’ici 2050, générant 90 milliards de dollars de revenus annuels.

Programmes actifs

«En quelques années à peine, ce secteur est passé de quelque chose d’inaccessible à une industrie dynamique avec de nombreux drones de passagers, des taxis aériens et des avions à longue portée en développement ou en test», déclare Roland Berger.

Son rapport identifie une centaine de programmes de développement d’UAM actifs dans le monde, dont plus de la moitié sont basés en Europe. Les consultants associent le développement du marché à un fort soutien des investisseurs pour les développeurs UAM, malgré «l’absence d’un modèle commercial éprouvé».

«Les investissements dans les startups ont atteint 907 millions de dollars au premier semestre 2020, soit près de 20 fois plus que dans l’ensemble de 2016», indique le rapport. De plus, cet intérêt des investisseurs s’est poursuivi en 2021, lorsque des millions de dollars ont été mis sur le marché.

Selon Duncan Walker, co-fondateur et PDG de UAM Skyports, développeur principal de l’infrastructure, il est devenu évident ces dernières années que le type d’investisseur a changé. Des capitaux considérables proviennent de partenaires stratégiques – Uber Technologies, United Airlines, Stellantis et Baron Capital Group.

Walker décrit la volonté de ces entreprises d’investir dans le secteur naissant des UAM comme «une bonne indication qu’elles considèrent ce marché comme un marché à faible risque». L’expert ajoute que l’accompagnement des investisseurs est également le reflet de la maturité de l’industrie, de la confiance croissante dans les technologies émergentes et des évolutions réglementaires positives, comme l’introduction en 2019 d’une nouvelle norme de certification spécifique pour les avions européens à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL). Cette norme a été introduite par l’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne (AESA).

«Il y a deux ans, je dirais que le marché des UAM ne verra pas le jour au cours de la prochaine décennie, mais depuis, mon opinion a changé. J’ai été témoin d’une volonté tangible de la part des gouvernements, des régulateurs, des entreprises technologiques, des avionneurs établis et émergents et des développeurs d’infrastructures de travailler ensemble pour créer ce nouveau marché du transport en commun », déclare Walker.

Le moment clé après lequel l’expert a changé d’avis est survenu en octobre 2019. À cette époque, une démonstration publique réussie d’un prototype de taxi aérien 2X avec un système de décollage et d’atterrissage vertical de la société allemande Volocopter and Voloport, le premier taxi aérien à part entière de Skyports Vertiport, a eu lieu à Marina Bay, à Singapour.

«Le manque d’acceptation par le public de cette nouvelle forme de transport a longtemps été un obstacle majeur [pour les développeurs UAM], et lors de cet événement, Volocopter et nous avons démontré avec succès le marché des UAM en action», dit Walker.

Les propos de Walker sont confirmés par le travail de la société allemande Volocopter, qui entend être la première à entrer sur le marché en Europe avec une version de production de son taxi aérien VoloCity. Cette machine à 18 moteurs est capable de transporter deux personnes sur une distance de 35 kilomètres.

Écologique propre

«À ce jour, nous avons effectué plus de mille heures de tests pour créer un avion sûr, efficace et respectueux de l’environnement», déclare Christian Bauer, directeur commercial de Volocopter.

La société, dont le siège est à Bruchsal, en Allemagne, est l’un des premiers pionniers du marché des UAM. Il a récemment levé 200 millions d’euros (239 millions de dollars) pour un investissement total de 322 millions d’euros.

«Cela nous a mis sur la voie du lancement de services commerciaux avec VoloCity en 2024 après la certification», déclare Bauer.

Il note que si Volocopter adhère à ce calendrier, le principal obstacle pour l’entreprise pourrait être la nécessité d’obtenir l’approbation du public à la fois pour l’avion lui-même et pour le concept UAM en général. En attendant, l’entreprise se porte bien. En plus de la démonstration publique à Singapour, Volocopter a également mené avec succès des essais d’avions publics à Dubaï, Helsinki, Las Vegas et Stuttgart.

En septembre 2019, 12000 habitants de Stuttgart ont participé à une enquête organisée par l’université de la ville pour évaluer l’intérêt du public pour l’UAM. L’étude a montré que près de 70% des répondants sont plus susceptibles d’utiliser des avions à décollage et atterrissage verticaux. Christian Bauer estime ce résultat comme «étonnamment élevé».

Note d’approbation

Un sondage réalisé un mois après la présentation d’un prototype de taxi aérien 2X à Singapour a montré que la voiture avait été approuvée par 75% des personnes interrogées. Dans le même temps, la majorité des personnes interrogées ont noté que le faible niveau sonore du X2 «dépassait leurs attentes».

Afin de gagner la confiance du public dans les véhicules aériens sans pilote, l’industrie doit démontrer le rôle vital que jouent les drones (et les véhicules à décollage et atterrissage verticaux ne sont qu’une extension de ceux-ci) dans la vie quotidienne, du transport d’organes à la livraison de marchandises, déclare le dirigeant britannique. directeur de la startup Vertical Aerospace Michael Cervenka.

En outre, dit Chervenka, il n’y a pas de voie réglementaire spécifique pour les véhicules de tourisme autonomes aujourd’hui, « donc l’industrie doit maintenant se concentrer sur l’acceptation croissante par le public des véhicules à décollage et atterrissage verticaux habités. »

Selon l’expert, l’avion à propulsion électrique VA-X4 de cinq places, dont la mise en service est prévue en 2024, pourra transporter un pilote et quatre passagers sur une distance de 192 kilomètres. Et cela «ouvrira de manière convaincante le marché du court-courrier».

«Le X4 sera l’un des avions de passagers les plus sûrs et les plus silencieux du marché, avec un niveau de bruit 30 fois inférieur à celui d’un hélicoptère en croisière et 100 fois plus silencieux qu’un hélicoptère en vol stationnaire», déclare Michael Chervenka.

Le vol inaugural du X4 est prévu plus tard cette année depuis la base de Vertical Aerospace à Bristol. La société a l’intention de sensibiliser le public au X4 par le biais de démonstrations air-air et d’études de marché au fur et à mesure de l’avancement du programme.

L’importance de la reconnaissance publique pour le succès de la mobilité aérienne urbaine (UAM) est telle que l’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne (AESA) a lancé une étude dédiée en novembre 2020. Il vise à évaluer l’intérêt du public pour les services commerciaux aux passagers fournis par les aéronefs à décollage et atterrissage verticaux.

L’étude comprend un travail analytique ainsi qu’une enquête auprès des habitants de six villes européennes sans nom, que l’AESA décrit comme «un marché cible potentiel pour les futurs déploiements d’UAM». Les résultats « aideront à préparer l’analyse d’impact et les futures propositions de réglementation, ainsi qu’à sensibiliser à l’UAM à travers l’Europe », note l’AESA.

Services commerciaux

Paris est désormais le leader de l’accueil du premier avion commercial à décollage et atterrissage vertical d’Europe, dont le lancement est prévu en 2024 pour coïncider avec les Jeux Olympiques. En vue de son lancement, un consortium industriel piloté par Airports de Paris (ADP), le groupe RATP et Choose Paris Region crée un «écosystème UAM complet en région parisienne».

A partir de juin, sur l’aérodrome de Pontoise-Cormeuil-en-Vexin, situé à 25 kilomètres au nord-ouest de Paris, une trentaine d’acteurs de l’industrie aérospatiale dont Airbus, CAE, Pipistrel, Safran Electronics and Defence, Skyports et Volocopter entameront une série de tests soutenus par l’EASA et Eurocontrol couvrant tous les domaines clés liés à l’UAM.

«Nous nous attendons à ce que l’aérodrome de Pontoise devienne une plateforme technique et fasse office de bac à sable pour résoudre les problèmes», déclare Sébastien Couturier, responsable de l’innovation et des projets corporate chez ADP. Il ajoute que la participation du public aux essais sera la clé du succès de l’entreprise. «Les riverains deviendront des participants actifs du projet: ils seront invités à participer à des démonstrations en direct et à laisser leurs commentaires», conclut le Couturier.

Avez-vous des questions?

info@scannerheli.com

Appelez-nous

+33 423 11 05 85

Ou envoyez une demande

Formulaire de commentaires